La SNCF part en campagne pour reconquérir ses clients

La SNCF part en campagne pour reconquérir ses clients

Rédigé le 20/01/2020
La Rédaction

5 millions de billets à moins de 35 euros seront prochainement mis en vente

Après un mois et demi de grève et des comptes exsangues, avec des pertes estimées à quasiment 1 milliard d'euros, la SNCF a décidé de repartir à la conquête des clients perdus. Les communiqués ne cessent de tomber sur des offres préférentielles et Rachel Picard, la directrice générale de Voyages SNCF vient d'annoncer une mesure exceptionnelle.

Après un mois et demi de grève, alors que le trafic revient peu à peu à la normale, la direction de la SNCF vient de rentrer en ordre de bataille.

L'objectif est simple : récupérer les clients perdus, lassés et désabusés par le transporteur national.

Pour mener à bien cette mission visant à reconquérir une image positive auprès de l'opinion publique, la SNCF a décidé de taper du poing sur la table et proposer des trajets à petits prix.

C'est au micro de nos confrères d'Europe1 que Rachel Picard, la directrice générale de Voyages SNCF, a dévoilé le plan d'action.

"On va proposer à partir de jeudi 5 millions de billets à moins de 35 euros, sur les TGV Inoui et Ouigo" a témoigné la responsable. A partir du jeudi 23 janvier 2020 et jusqu'au 30 janvier 2020, les prix des billets vont fondre comme neige au soleil pour des voyages entre cette fin janvier et la mi-avril 2020.

Le trafic sera normal pour les vacances de février.

Cette mesure jugée exceptionnelle représente "quasiment un quart des places mises en vente à des prix aussi bas. Ça concerne l'ensemble des lignes françaises et il aura des prix à moins de 50 euros sur les lignes internationales", a poursuivi Rachel Picard.

De plus, les clients réguliers seront dédommagés, avec une réduction de leur abonnement de février 2020 comprise entre 50 et 100%.

D'ores et déjà, la direction du transporteur a annoncé que le trafic serait normal pour les prochaines vacances de février.

Si l'opération reconquête de la clientèle s'annonce ardue, les Français ont montré une certaine exaspération et ont appris à faire sans les trains de la SNCF, la direction mène aussi un vaste d'économies pour compenser le manque à gagner.

A la veille de la mise en concurrence du rail français, selon vous le mal est fait ?