Volotea : "ouvrir des bases en Allemagne fait partie de nos objectifs"

Volotea : "ouvrir des bases en Allemagne fait partie de nos objectifs"

Rédigé le 03/10/2019
Romain POMMIER

2

Volotea souhaite faire voler un avion hybride d'ici 2030

Pendant que les compagnies low-cost et leur modèle économique montrent des faiblesses, Volotea poursuit son chemin sans faire de bruit ni de vagues. A l'occasion de l'IFTM-Top Resa nous avons rencontré Pierfrancesco Carino, le directeur des ventes de Volotea, pour faire un point sur la stratégie de la compagnie et ses ambitions futures.

TourMaG.com - La saison estivale est derrière nous, quel bilan dressez-vous de celle-ci ?

Pierfrancesco Carino :
Cette année nous avions l'objectif de transporter 7,5 millions de passagers.

Nous sommes en phase avec nos ambitions. Entre juin et août 2019, nous avons fait voler pas moins de 3 millions de passagers, en hausse de 15% par rapport à 2018.

La France n'est pas en reste, puisque 1,3 million de personnes ont utilisé nos avions en augmentation de 30%. Autre point de satisfaction : le taux de remplissage de 96%, en fort accroissement.

TourMaG.com - Ces résultats démontrent qu'il existe pour vous une marge de progression ?

Pierfrancesco Carino :
Absolument, nous venons d'annoncer l'ouverture d'une nouvelle base à Lyon.

Cette dernière devient notre 6e implantation sur un aéroport français, à partir de laquelle les Lyonnais peuvent accéder à 9 destinations. Puis nous venons d'annoncer l'ouverture de 2 nouvelles lignes à savoir Malaga et Santorin.

L'objectif est de soutenir la croissance en France aussi grâce à nos trois nouveaux avions, les A319 qui remplaceront des B717.

L'Hexagone représente un marché prioritaire pour Volotea, puisque nous avons programmé 53 nouvelles lignes, ce qui représentera en tout 346 lignes pour 90 villes.

TourMaG.com - Alors que l'aérien connaît une importante zone de turbulences, et que les compagnies low cost affichent des résultats en berne, comme Ryanair, où se situe Volotea ?

Pierfrancesco Carino :
Vous savez, nous sommes rentables depuis 2014, et nous continuons sur cette dynamique grâce à une importante rigueur sur les coûts.

Par rapport aux autres compagnies low cost, nous avons un modèle absolument unique. Notre stratégie consiste à connecter les capitales régionales européennes et plus de 60% de nos lignes sont sans concurrence.

Notre créneau reste et restera de développer des liaisons aériennes dépourvues d'offres ou avec très peu de concurrence. C'est un point important pour renforcer et garder cet objectif de rentabilité.

Notre réussite est réelle, nous avons 7 ans et déjà transporté 25 millions de passagers.

TourMaG.com - Cette stratégie explique aussi le fait que vous évitiez les aéroports parisiens ?

Pierfrancesco Carino :
Exactement, les coûts sont élevés. Les aéroports parisiens ne font pas du tout partie de notre stratégie de développement.

Nous sommes persuadés que les aéroports régionaux ont encore un grand potentiel avec un bénéfice très important pour la communauté locale et business.

TourMaG.com - Nous avons vu Vueling se positionner sur le rachat d'une partie de l'activité d'Aigle Azur, pourquoi Volotea ne s'est pas positionnée ? La reprise de slots pourrait-elle vous intéresser ?

Pierfrancesco Carino :
Evidemment la reprise de slots sur Paris ne nous intéresse pas. Après nous préférons nous développer doucement. Nous ne regardons pas trop tout ce qui pourrait distraire ou dévier notre stratégie.

Les slots ne sont pas intéressants pour Volotea. Par contre nous avons un intérêt légitime sur les destinations au nord de l'Afrique qui étaient par le passé desservies par Aigle Azur.

Cet intérêt s'inscrit clairement dans le développement de notre compagnie, pour preuve nous venons d'ouvrir le Maroc l'année dernière avec un Nantes-Tanger et Strasbourg-Marrakech.

Sauf que le problème à partir des aéroports de province n'est pas celui des slots, mais plutôt de l'évolution des droits de trafic.

TourMaG.com - Volotea a très bien maillé, le territoire français, espagnol et italien. Où allez-vous implanter de nouvelles bases en 2020 ?

Pierfrancesco Carino :
Il ne faut pas oublier la Grèce, car nous avons ouvert il y a deux ans la base d'Athènes, nous allons continuer de la développer.

Toutefois, en ce moment nous prêtons une attention particulière à l'Allemagne. Nous avons déjà des liaisons au départ de Munich. Nous développons le marché allemand pour alimenter Strasbourg et c'est un pays que nous regardons avec intérêt.

L'ouverture de bases en Allemagne fait partie de nos projets à venir.

TourMaG.com - Dernièrement vous avez annoncé votre partenariat avec une start-up pour développer un avion hybride, que pouvez-vous nous dire sur ce sujet ?

Pierfrancesco Carino :
Nous faisons un focus très important sur l'environnement, le transport aérien ne peut pas faire autrement. Volotea a déjà mis en place de nombreuses actions pour diminuer notre impact sur l'environnement.

Le remplacement de nos Boeing 717 s'inscrit dans cette dynamique, en baissant notre consommation de kérosène.

De plus notre business modèle, nous permet aussi de faire des économies de carburant, puisque nous n'avons pas de hub et nous faisons des points à points. Cela nous permet d'économiser 43% d'émission.

Il existe un 3e chantier pour nous, celui consistant à investir dans l'avion du futur, à savoir un appareil hybride électrique.

Et pour tout vous dire, un prototype sera construit l'année prochaine

TourMaG.com - La start-up travaille sur un appareil de moins de 50 places, comment l'intégrer dans votre plan de vols ?

Pierfrancesco Carino :
C'est un avion très cohérent avec notre business modèle et qui nous permettra de réduire la consommation de 50%.

Surtout, nous allons connecter des petites et moyennes villes sur des vols court-courriers.

C'est un investissement qui s'inscrit complètement dans notre ambition. L'appareil devrait comporter de 19 à 39 sièges, c'est une capacité cohérente avec les connexions que nous souhaitons développer.

L'objectif sera de développer le réseau régional dans les pays où nous sommes implantés.

TourMaG.com - Pouvez-vous nous dire quand l'avion fera partie de votre flotte ?

Pierfrancesco Carino :
Nous espérons pourvoir l'intégrer d'ici 2030. Mais nous y allons par étape : la première sera l'avion hybride puis totalement électrique.

C'est une ambition totalement réaliste. Nous avons le partenariat avec Dante Aeronautical (la start-up, ndlr), mais aussi avec l'université de Sydney ou encore Altran.

TourMaG.com - Volotea va-t-il devenir le constructeur de ses propres avions ?

Pierfrancesco Carino :
Pas exactement, nous ne voulons pas devenir constructeur mais soutenir ces recherches en investissant.

L'objectif est d'investir sur les prototypes pour accélérer les processus de transformation de l'industrie.


Romain Pommier
Publié par Romain Pommier
Journaliste - TourMaG.com

Voir tous les articles de Romain Pommier


  • picto Facebook

  • picto Linkedin

  • picto email