Vers la fin de l'avion sur le réseau domestique ?

Vers la fin de l'avion sur le réseau domestique ?

Rédigé le 03/06/2019
La Rédaction

1

des amendements et une proposition de loi

Plusieurs députés français se mobilisent en faveur de la suppression des lignes aériennes courtes distances sur le réseau national. Des amendements et une proposition de loi ont émergé en sens.

La "honte de prendre l'avion" gagne t-elle du terrain ?

Plusieurs élus écologistes et insoumis menés par la député Delphine Batho ont déposé une série d'amendements à la Loi d'orientation des mobilités (LOM).

Objectif : favoriser le train sur les petites distances notamment sur les liaisons domestiques et mettre fin au transport aérien sur ces courtes liaisons.

Dans le JDD elle explique : "Chaque jour, par exemple, huit appareils décollent de Paris pour rejoindre Nantes, en une heure. Pourtant, les TGV ne mettent que deux heures à relier la capitale à la cité de l’ouest.

Pas beaucoup plus long mais bien plus écologique. Un vol Paris-Nantes, c’est 63,3 kilos de CO2 par passager… soit 66,6 fois plus que ce même trajet en train (selon les estimations de la DGAC et de la SNCF)."


Dans le cadre de la loi d’orientation des mobilités, elle a notamment déposé un amendement pour interdire tous les vols intérieurs pour lesquels il existe une liaison ferroviaire en moins de 5 heures.

Un plan de développement du réseau ferroviaire

Dans la même veine François Ruffin, député Insoumis et 13 autres députés (dont le marcheur Sébastien Nadot) portent une proposition de loi visant à interdire les vols domestiques lorsque il est possible de prendre le train avec seulement 2h30 supplémentaires.

Ce texte a d'ailleurs été aussi signé par Delphine Batho.

Cette dernière a déposé d'autres amendements : sur les exonérations fiscales dont bénéficie le kérosène ainsi qu'un autre qui vise à interdire la publicité en faveur du transport aérien.

Elle souhaite également que de plus gros efforts soient portés sur le rail dans le cadre d'un plan pour développer et mettre à niveau le réseau ferroviaire, baisser les prix et développer les trains de nuit.

Déjà d'autres pays européens se sont engagés dans la même voie. Aux Pays-Bas, les liaisons Amsterdam-Bruxelles devraient être interdites.

En Suède, de nombreux citoyens préfèrent désormais voyager en train par conscience écologique.