Air Caraïbes vole vers un avenir radieux

Air Caraïbes vole vers un avenir radieux

Rédigé le 11/04/2019
Pierre Georges

1

Pas « d’effet Level » en 2018

Portée par ses activités long-courriers, la compagnie antillaise dévoile un chiffre d’affaires en hausse de 10% et a transporté 1,6 million de passagers en 2018. Grâce au renouvellement de la flotte, cette croissance soutenue devrait se poursuivre en 2019.

En 2018, Air Caraïbes a continué de progresser sur son marché et a délivré des résultats positifs, avec un trafic long-courrier en hausse de 11,5%, un taux de remplissage moyen de 86%, malgré l’augmentation de ses capacités, le durcissement de la concurrence et l’impact du prix du pétrole.

Réunie lors d’une conférence de presse donnée jeudi 11 avril 2019, la direction de la compagnie antillaise évoque aussi un trafic qui s’élève à 1,6 million de passagers en 2018, soit une progression de 7% par rapport à 2017 et de 48% depuis 2016.

L’objectif, pour 2019 : atteindre les 1,7 million de passagers grâce au long-courrier.

Pas de pertes de parts de marché aux Antilles

Atteignant 482 millions d’euros, le chiffre d’affaires de la compagnie est lui aussi en hausse de 10,3% par rapport à 2017. Tout comme son résultat net qui s’établit, après impôts, à 10,4 millions d’euros.

« Ces résultats sont positifs mais nous ne sommes pas pleinement satisfaits », nuance Jean-Paul Dubreuil, évoquant la trop grande compétition sur les lignes transatlantiques et les évolutions du prix du pétrole.

« Les marchés Guyane et Antilles continuent de progresser fortement. Nous sommes même devenus en 2018 le premier transporteur sur Fort-de-France, en enregistrant plus de passagers qu’Air France », se réjouit de son côté Patrick Malval, le président du directoire.

Il l’affirme : « nous avons bien résisté à l’arrivée de Level en Guadeloupe et en Martinique, qui n’a pas eu d’impact sur nos activités ».

En effet, malgré l’arrivée en 2018 d’un nouveau compétiteur dans les Antilles, les parts de marché d’Air Caraïbes se sont maintenues : à 32% sur Pointe-à-Pitre et à 36% sur Fort-de-France.

Lire aussi : Patrick Malval (Air Caraïbes) : « 2019 va être plein de changements dans le ciel français »

5 Airbus A350 en 2021

Si le succès d’Air Caraïbes s’est construit sur l’utilisation de l’Airbus A330, son remplacement par des A350 se poursuit, et 30 millions d’euros ont été investis pour refaire les cabines des 5 A330 restant actuellement en service.

Un troisième A350-900 rejoindra ainsi la flotte en juillet et sera positionné sur l’axe Paris-Cayenne, où Air Caraïbes, face à Air France, possède 40% de parts d’un marché en croissance de 10% en 2018.

2019 verra aussi l’arrivée, en décembre, d’un premier A350-1000 (429 sièges en tri-classe) qui opérera les liaisons vers la Guadeloupe et la Martinique. Un second appareil arrivera en 2021, date à laquelle la compagnie possédera 5 A330.

Cette augmentation de capacité permettra aussi à Air Caraïbes de renforcer, dès 2019, l’axe Paris-Saint Martin grâce à une nouvelle fréquence en hiver.

La compagnie promet aussi un nouveau programme fort sur Cuba en code share avec Corsair, comptant beaucoup sur un retour à l’équilibre des lignes vers La Havane et Santiago après des années de guerre de capacités avec les autres transporteurs.

A ce jour, la compagnie antillaise propose 10 lignes transatlantiques et vend une soixantaine de destinations sur son site Internet. Elle emploie près de 1 100 collaborateurs, dont 530 PNC et 135 pilotes, en majorité originaires des Antilles.

Air Caraïbes est toujours la propriété du groupe Dubreuil, via sa filiale Dubrueil aéro.

Le groupe originaire de Vendée a enregistré, en 2018, un chiffre d’affaires consolidé de 2,2 milliards d’euros et compte désormais 4 700 employés.



Publié par Pierre Georges
Journaliste - TourMaG.com

Voir tous les articles de Pierre Georges


  • picto Instagram

  • picto Twitter

  • picto email